Imprimer Partager

COVID-19 : négliger les sites fermés pendant la pandémie pourrait coûter cher aux entreprises selon FM Global

Alors que les cadres dirigeants ferment bureaux, usines et entrepôts dans l’urgence pour limiter la propagation du COVID-19, de nouveaux risques non négligeables apparaissent sur ces sites. C’est la mise en garde lancée par FM Global, l’un des leaders mondiaux de l’assurance dommages aux biens, qui compte parmi ses clients un tiers des sociétés figurant au classement Fortune 1000.

Outre les risques d’incendie, de vandalisme et de vol, les inondations figurent parmi les premiers risques naturels auxquels sont exposées les entreprises. « Ce type d’événement pourrait retarder la reprise d’activité d’une entreprise lorsque la pandémie faiblira, avec des conséquences financières irrémédiables, comme des pertes de revenus, de parts de marché et de réputation », affirme Kevin Ingram, vice-président exécutif et directeur financier de FM Global.

« Une multitude d’entreprises dans de nombreux secteurs d’activité ont interrompu leurs opérations dans le monde entier, engendrant la plus grande vague de fermetures d’usines depuis la Seconde Guerre mondiale, et la tendance n’est pas près de s’inverser. » En France, le taux d’utilisation des capacités de production dans l'industrie a déjà diminué de plus d’un quart entre février et mars[1].

FM Global est convaincue que les sinistres peuvent être évités sur ces sites à l’arrêt. Pour les protéger tout au long de la crise, l’assureur recommande aux entreprises de veiller à ce que les mesures suivantes soient mises en œuvre, tout en donnant la priorité absolue à la santé et à la sécurité de leurs employés :

Personnel essentiel : contactez les autorités pour leur expliquer que la présence de personnel de sécurité et de maintenance est essentielle sur votre site en dépit des consignes de confinement de la population.

Sécurité active : réalisez des inspections quotidiennes dans les locaux et à l’extérieur des sites à l’arrêt, en vérifiant principalement les points suivants : actes criminels, présence de fumée ou de flammes et dommages matériels. Envisagez l’installation de webcams et de capteurs pour détecter toute fuite d’eau ou variation inhabituelle de mouvement et de chaleur.

Protection incendie : il est primordial de maintenir la protection en service. Assurez-vous que le personnel de maintenance vérifie chaque semaine que les vannes d’alimentation sprinkleur sont bien verrouillées en position ouverte. Retirez les débris et les liquides combustibles, et surveillez étroitement les opérations de soudage ou tout autre travail par point chaud effectué sur le site. Avertissez les pompiers du changement d’activité dans les bâtiments.

Protection contre l’inondation : les dégâts des eaux, qui comptent déjà parmi les principaux risques pesant sur les biens industriels et commerciaux, se multiplient en raison de la montée des eaux et de la hausse de la densité démographique. Surélevez vos équipements et dotez vos sites de dispositifs anti-inondations temporaires ou permanents.

Maintenance : c’est le moment idéal pour rattraper les retards de maintenance, en faisant par exemple réparer un équipement de grande valeur ou une fuite de toiture qui pourraient différer la réouverture du site et son retour à la rentabilité.

« La nature humaine est ainsi faite que nous nous concentrons sur le risque le plus spectaculaire, et celui auquel nous sommes actuellement confrontés mobilise l’attention du monde entier », ajoute Kevin Ingram. « Il est cependant important de rappeler que d’autres risques majeurs n’ont pas disparu et qu’ils continuent d’affecter la résilience des entreprises. Les entreprises qui restent vigilantes ont plus de chances de faire partie des premières à relancer leurs activités. »

 

[1] Banque de France, Point sur la conjoncture à fin mars 2020, 8 avril 2020