Imprimer Partager

Indice de résilience FM Global 2020 : les pays les mieux classés sont bien positionnés pour favoriser la reprise post-pandémie

Ce classement annuel du tissu économique de 130 pays peut servir de base aux décisions liées aux activités et chaînes d’approvisionnement perturbées par la pandémie

La résilience est plus que jamais d’actualité à l’heure de la pandémie de Covid-19, et les pays figurant en tête de l’indice de résilience FM Global 2020 affichent de solides atouts pour favoriser une reprise robuste.

Cet indice annuel publié par FM Global, l’un des leaders mondiaux de l’assurance dommages aux biens, classe près de 130 pays sur la base de 12 vecteurs d’analyse de leur tissu économique. Il met à la disposition des décideurs des données objectives sur les performances économiques, la qualité du risque et la résilience des chaînes d’approvisionnement dans les pays étudiés. Autant d’informations essentielles pour les entreprises touchées par la pandémie.

« Après une crise comme celle du Covid-19, la résilience est cruciale pour les individus, les pays et les entreprises », déclare Kevin Ingram, vice-président exécutif et directeur financier de FM Global. « Le classement d’un pays dans l’indice de résilience FM Global 2020 offre un indicateur fiable de la façon dont pourrait évoluer son tissu économique et de la vitesse à laquelle les entreprises qui y sont implantées pourraient se relever du choc économique causé par le coronavirus. Ces données sont précieuses pour prendre des décisions stratégiques telles que l’implantation de nouveaux sites, l’extension de chaînes d’approvisionnement ou la fidélisation de nouveaux marchés. »

L’indice de résilience FM Global met également en lumière les risques traditionnels (cyber-attaques, inondations, sécheresses, incendies, chocs pétroliers, troubles politiques, séismes, ouragans), qui continuent de représenter une menace pour l’activité des entreprises et leur valorisation. Un rappel opportun à la veille d’une probable sécheresse en Europe et d’une saison des ouragans qui s’annonce plus intense que la normale dans l’Atlantique.

« Une pandémie, aussi grave soit-elle, n’empêche pas la survenue d’autres événements tout aussi dévastateurs », affirme Loïc Le Dréau, directeur général des Opérations de Paris de FM Global. « Seule une analyse rigoureuse des risques et de la résilience, associée à des mesures de prévention des sinistres, permettra aux décideurs de préserver la valeur de leur entreprise malgré la crise actuelle. »

Mouvements notables

Les dix pays et régions les mieux classés dans l’indice 2020 sont, dans l’ordre décroissant, la Norvège, la Suisse, le Danemark, l’Allemagne, la Suède, la Finlande, le Luxembourg, l’Autriche, la région Centre des États-Unis et la région Est des États-Unis (les États-Unis et la Chine sont subdivisés en trois régions distinctes afin de prendre en compte la diversité des risques naturels).

La Norvège occupe la tête du classement pour la deuxième année consécutive, notamment grâce à des scores élevés sur les vecteurs Productivité économique, Stabilité politique, Lutte contre la corruption, Qualité du risque catastrophes naturelles et Gouvernance d’entreprise.

La France se classe 14e et maintient ses bons résultats en matière de qualité des infrastructures (9e) et de qualité du risque catastrophes naturelles (13e). Le pays a également gagné 7 places sur le vecteur Cyber-risque inhérent (82e), après une progression de 12 places en 2019.

Les dix pays les moins bien classés sont, dans l’ordre décroissant, le Nicaragua, le Népal, le Mali, le Mozambique, l’Iran, le Liban, le Tchad, l’Éthiopie, le Venezuela et Haïti.

Taïwan (29e) affiche l’une des plus fortes progressions de l’indice 2020, avec un bond de 6 places qui s’explique par des améliorations en termes de qualité du risque catastrophes naturelles et de qualité des infrastructures. Le Nicaragua (121e), en recul de 9 places, enregistre quant à lui l’une des chutes les plus marquées en raison de la hausse du risque politique et du risque cyber, et de la diminution de la lutte contre la corruption.

Comment utiliser l’indice

L’indice est conçu pour aider les directeurs financiers et autres cadres dirigeants à prendre des décisions informées lorsqu’ils définissent l’implantation de nouveaux sites, étendent leur chaîne d’approvisionnement ou cherchent à fidéliser des clients. Un degré de résilience insuffisant peut en effet avoir des conséquences durables sur les parts de marché, les opportunités de croissance et la confiance des investisseurs, qui font partie intégrante de la valeur d’entreprise.

« La résilience est le produit des choix faits par une entreprise, y compris en matière de présence géographique et de politique d’investissement », indique Sanjay Chawla, directeur des investissements chez FM Global. « L’indice FM Global a pour but d’éclairer les décisions des dirigeants en leur permettant de comparer différents pays sur les critères stratégiques classiques que sont la logistique, le marché du travail et les opportunités de développement. »

Méthodologie

Le classement de chaque pays dans l’indice de résilience de FM Global est calculé à partir d’une combinaison à parts égales de 12 vecteurs d’analyse de la résilience regroupés en trois catégories :

INDICE DE RÉSILIENCE FM GLOBAL

 

 

 

 

 

VECTEURS

ÉCONOMIE

QUALITÉ DU RISQUE

CHAÎNE D’APPROVISIONNEMENT

Productivité

Exposition aux risques naturels

Lutte contre la corruption

Risque politique

Qualité du risque catastrophes naturelles

Qualité des infrastructures

Intensité pétrolière

Qualité du risque incendie

Gouvernance d’entreprise

Taux d’urbanisation

Cyber-risque inhérent

Transparence des chaînes d’approvisionnement

Document de synthèse

Questions fréquentes

Infographie

Méthodologie